Découvrez l'univers créé par J. K. Rowling, mais au temps des Maraudeurs ! Incarnez un personnage dans la section RPG du forum, discutez avec les autres membres dans la partie Papotes, et partagez vos fanfictions et fanarts dans la zone Créations !
 
PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [TERMINE] [Songfic] Il y a trop de gens qui t'aiment

Aller en bas 
AuteurMessage
Marlene McKinnon
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 159
Age : 29
Maison : Gryffondor
Profession/Année : Elève, 7e année
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: [TERMINE] [Songfic] Il y a trop de gens qui t'aiment   Ven 4 Juil - 1:20

C'est la fin de la sixième année de James et Lily à Poudlard. Les Maraudeurs vont en balade, et tout le monde est invité ! Mais Lily a choisi de ne pas partir, ne supportant plus la présence de James Potter...

Avec les paroles de « Il y a trop de gens qui t’aiment », de Hélène Ségara. A l’exception de Claire, les noms de personnages et de lieux ont été imaginés par et appartiennent à J. K. Rowling.




Il y a trop de gens qui t'aiment



Poudlard, samedi 18 juin 1977.


– Lily ! Lily, qu’est-ce que tu attends ?

Lily Evans regarda son amie Claire qui l’appelait depuis la pelouse devant la porte du château et eut un petit sourire à la vue de sa tenue. Elle s’était habillée spécialement pour l’occasion, avait relevé ses cheveux noirs dans un arrangement soigneusement élaboré pour paraître décoiffée, arborait son nouveau petit sac en cuir de dragon rose – la toute dernière mode, si on en croyait Sorcière Hebdo – qu’elle avait acheté sur le chemin de Traverse pendant les vacances de Noël, et attendait impatiemment Lily, un radieux sourire aux lèvres. Mais la jeune fille secoua sa tête rousse et répondit :
– Vas-y sans moi. Je n’ai pas très envie de sortir.
– Quoi ?
En trois enjambées, Claire rejoignit son amie dans le hall, la prit par le bras et la poussa de force dehors.
– Tu es tombée sur la tête ou quoi, Lily ? Regarde-moi ce soleil magnifique ! Admire ce ciel bleu dépourvu du moindre nuage ! Sens-moi un peu le parfum de l’été ! C’est le dernier week-end à Pré-au-Lard de l’année, tu ne comptes tout de même pas me faire croire que tu vas rester à Poudlard ?
– Je n’ai jamais dit ça, répliqua la jeune fille. J’ira sûrement, mais je n’ai aucune envie d’y aller ce matin avec ces deux prétentieux et leur bande de fans hystériques collées à leurs basques.
Claire fronça les sourcils.
– Alors, c’est donc ça ? Mais j’espère que tu ne m’inclus pas dans le groupe des « fans hystériques » au moins ?
Lily eut un sourire indulgent.
– A peine, murmura-t-elle, un lueur malicieuse dans ses yeux verts.
– Oh ! s’offusqua son amie.
Puis elle reprit :
– Je ne vois vraiment pas pourquoi. D’accord, je trouve Sirius particulièrement mignon et séduisant, et d’accord, James n’est pas mal du tout non plus, et il a fière allure sur son tout nouveau Brossdur 3, et puis ils ont tous les deux un tel sens de l’humour, et…
Elle surprit le regard ironique de son amie et s’interrompit.
– Enfin, bref, d’accord, je les aime bien, mais je ne suis pas la seule, toutes les filles pensent la même chose. Ou presque toutes, ajouta-t-elle en regardant Lily. Dis-moi, mon chou, tu ne vas quand même pas te priver de la plus belle sortie de l’année organisée par les Maraudeurs en personne, sous prétexte que Sirius et James te tapent sur les nerfs ? En plus, ils ont dit que toutes les filles auront droit à des Bièraubeurres gratuites, payées d’avance par eux-mêmes à Mme Rosemerta. Un invitation pareille, ça ne se refuse pas. Et surtout pas toi.
– Moi ? releva Lily.
– Oui, toi. Et tu sais très bien pourquoi.
Le visage de la jeune fille s’assombrit.
– Je ne vois absolument pas de quoi tu parles, Claire.
Son amie la regarda un moment en silence, essayant de déchiffrer son expression. Puis elle reprit plus doucement :
– Mais si, tu le sais. Mais puisque tu refuses de l’admettre, je vais te rappeler de quoi il s’agit : James est follement amoureux de toi.
– Ca, c’est toi qui le dis. Mais je n’en crois pas un mot.
– Dis toute suite que je suis une menteuse ! s’exclama Claire, vexée.
– Je n’ai pas dit ça, répliqua son amie irritée. Je pense simplement que tu te fais avoir, comme tous ceux qui s’imaginent que James est amoureux de moi. Il ne l’a jamais été, et il ne le sera jamais. Il ne sait même pas ce que ce mot veut dire.
Sa voix avait pris une intonation triste et un peu lointaine, mais Claire était trop préoccupée par son idée pour s’en rendre compte.
– Alors, tu pourrais m’expliquer pourquoi il essaie désespérément depuis deux ans de sortir avec toi ? Tu es la fille la plus chanceuse de tout Poudlard et tu ne t’en rends même pas compte.
– Je ne suis pas chanceuse, répondit calmement Lily, et la seule raison pour laquelle James veut tellement sortir avec moi, c’est qu’il a toujours désiré ce qu’il ne pouvait pas avoir. A eux deux, Sirius et lui sont sortis avec presque toutes les filles pas trop moches de l’école. Il veut probablement compléter la collection, et ça l’énerve que je lui résiste. Il n’en a pas l’habitude. Claire, James ne m’aime pas, il me désire, et c’est deux choses différentes.
La jeune brune la regardait, bouche bée. Puis elle se ressaisit.
– Dis ce que tu veux, Lily, mais tu ne me feras pas changer d’avis, déclara-t-elle. James t’aime. Et toi aussi, tu l’aimes. Non, ne dis rien ! Je suis sûre de ce que je dis et je n’en démordrai pas. J’espère seulement que le jour où tu te rendras compte qu’il est réellement amoureux de toi, il ne sera pas déjà trop tard.
Son amie ne répondit pas. Elle s’était appuyée contre le mur du château, à côté de la porte, et elle avait les yeux fixés sur le lac qui miroitait au soleil, près de la forêt interdite. Au bout d’un long moment, Claire reprit la parole.
– Tu es sûre que tu ne veux pas venir, Lily ?
Celle-ci hocha la tête en silence.
– Bon, alors j’y vais, sinon je vais être en retard. On doit se retrouver près du Saule Cogneur pour partir tous ensemble. Si jamais tu as envie de nous rejoindre…
Elle regarda une dernière fois son amie qui n’avait pas quitté le lac des yeux et conclut :
– A plus tard.
Puis elle ajusta son sac sur son épaule et s’en alla.

Le temps était superbe, et Lily comprenait que Claire ait envie de sortir. Elle-même l’aurait sûrement fait sans hésiter si elle n’avait pas répugné à se retrouver en la compagnie de James. Car c’était bien lui le problème. Elle savait qu’il ne la laisserait pas en paix et qu’il emploierait toute son énergie à essayer une nouvelle fois de la convaincre d’accepter son invitation. Depuis deux ans, c’était ainsi, et elle le supportait de plus en plus mal. Pas seulement parce qu’il l’ennuyait, mais aussi parce qu’une partie d’elle-même n’aspirait qu’à une chose : lui dire oui. Mais elle refusait de se laisser aller. Quoi que dise Claire, elle savait que James ne l’aimait pas et ne l’aimerait jamais. Si elle acceptait de sortir avec lui, il serait aux anges pendant quelques jours, comme un gamin à qui on vient d’offrir un nouveau jouet, puis il se lasserait d’elle et la laisserait tomber comme il l’avait fait avec toutes ses conquêtes.
« Je ne subirai pas cette humiliation, songea-t-elle avec colère. Je ne me laisserai pas faire. »
Mais en même temps, la tristesse et le désespoir s’emparaient d’elle. Elle se dit qu’elle avait besoin de se changer les idées. Elle alla chercher un livre dans sa chambre et ressortit dans le parc. Elle ne voulait pas aller à Pré-au-Lard avec les autres, mais cela ne l’empêchait pas de profiter du bon temps. Elle marcha jusqu’à « son » arbre, un grand orme qui trônait sur ce qui ressemblait à une petite colline, et s’assit entre ses racines pour lire. Pourtant, elle n’ouvrit pas son livre tout de suite. Elle aimait particulièrement cette place car c’était un poste d’observation idéal : un peu surélevé, d’où on pouvait voir presque tout le parc de Poudlard jusqu’à la forêt. Elle n’en avait pas eu l’intention au départ, mais à présent qu’elle y était, elle ne pouvait s’empêcher de regarder en direction du Saule Cogneur, là où Claire lui avait dit que les élèves de sixième année et quelques autres devaient se retrouver pour aller à Pré-au-Lard ensemble.
Ils étaient bien là : elle pouvait apercevoir Sirius, avec ses cheveux longs, Remus, un livre sous le bras comme à son habitude, Peter, recroquevillé dans un coin d’ombre, sans doute pour se rafraîchir par cette chaleur, plusieurs autres élèves de sa classe dont Claire qui venait visiblement d’arriver… et bien sûr James. Aussitôt qu’il vit Claire, il s’avança vers elle pour lui parler. Ils échangèrent quelques mots puis il haussa les épaules.
« Il doit se demander où je suis », pensa soudain Lily.
Elle eut un petit rire amer.
« Non, je ne suis pas là aujourd’hui. Désolée, Cornedrue. Tu devras faire avec… »
Elle n’était pas venue là pour ça, mais elle ne pouvait s’empêcher de le regarder de loin. Lui ne pouvait pas la voir, mais elle le voyait, et elle s’abandonnait à sa mélancolie.

Je te regarde parler avec les gens
Tu me semble si léger, même transparent
Je regarde passer les jours, la vie en me disant
Je ne cherche pas l’amour, je m’y attends…


Pourquoi était-il toujours ainsi ? Pourquoi ne semblait-il jamais pouvoir s’attacher à quelque chose de sérieux ? Il était là, au milieu de ce groupe, à rire aux éclats à des blagues stupides et à se croire intéressant… Pourquoi était-elle amoureuse de lui ? Elle serait morte plutôt que de l’avouer, mais en réalité elle était comme toutes les autres : elle ne pouvait échapper à son charme. Elle n’aurait d’ailleurs pas pu l’expliquer, mais c’était ainsi. Il avait quelque chose, même s’il n’était pas aussi beau que Sirius, mais il avait quelque chose contre quoi elle ne pouvait pas lutter. Claire prétendait qu’il l’aimait. Elle aurait tellement voulu y croire…
Et pourtant, il était si puéril, rien ne pouvait être sérieux avec lui. Il se moquait de tout. Si seulement il pouvait grandir… Ne serait-ce qu’un peu…
A présent, elle pouvait apercevoir Sirius en train de conter fleurette à une jeune fille de Serdaigle. James se mêla à la conversation qui finit bientôt elle aussi en éclats de rires. La jeune fille s’échappa et alla rejoindre un groupe de ses amies qui se mirent à la taquiner à propos de ce que Sirius venait de lui dire.

Je te regarde t’amuser et je fais semblant,
Mais je ne peux pas t’empêcher d’être un enfant
Toi tu fais de grand gestes, tu as l’air si content,
Tu vois, des fois je déteste ce que je ressens


Bientôt, un nouveau groupe d’élèves se joignit à eux et ils se préparèrent à partir. Ceux qui étaient assis se levèrent et ils se rassemblèrent autour des Maraudeurs qui se mirent en route, d’un pas de promenade. Ils n’avançaient pas très vite, et tout en les suivant des yeux, Lily se surprit à rêver au passé et à oublier où elle était.
Elle se souvenait de l’année précédente, de la première fois où James lui avait demandé de sortir avec lui. Elle sortait d’une salle de cours, après les autres car elle était restée pour parler au professeur de quelque chose dont elle ne se souvenait plus : ce qui s’était passé après avait éclipsé tous ses autres souvenirs de cette journée. En passant devant un groupe d’élèves de Gryffondor, elle avait entendu une voix la héler.
« Hé, Evans ! »
C’était James, bien entendu. Elle avait été obligée de s’arrêter, bien qu’elle n’en ait pas très envie car elle l’avait depuis longtemps reconnu, et elle ne tenait pas spécialement à lui parler : déjà à cette époque, elle n’avait pas beaucoup d’estime pour lui et préférait l’éviter, lui et sa conversation inepte et immature. Elle dut pourtant revenir sur ses pas et voir ce qu’il lui voulait. C’est alors qu’il lui avait demandé – sur le ton d’un seigneur généreux qui accorde une faveur à l’un de ses sujets – si par hasard elle ne voudrait pas sortir avec lui.
Cette question l’avait tellement surprise qu’elle n’avait pas pu répondre tout de suite. Aux côtés de James, ses amis attendaient la réponse. Sirius avec un désintéressement parfaitement imité, Peter la fixant, avec dans ses yeux écarquillés une expression presque vorace, Remus l’air plutôt gêné et évitant son regard, et tous les autres avec surtout beaucoup de curiosité. Et la réponse avait fusé sans même qu’elle y réfléchisse.
« Même pas dans tes rêves, Potter ! »
Puis elle avait tourné les talons et était partie sans un seul regard en arrière. Bien plus tard, cette nuit-là, dans son lit, elle avait versé des larmes silencieuses qui avaient brûlé ses joues en coulant et qui lui avaient fait réaliser tout ce que James représentait pour elle. Mais comme par un étrange paradoxe, justement à cause de cela, elle ne supportait pas l’idée qu’il ait pu lui demander ainsi de sortir avec lui, au milieu de tous ces curieux avides de ragots et avec une telle désinvolture. Ce soir-là, elle s’était juré que jamais elle ne deviendrait une de ces adulatrices aveugles et émerveillées qui l’entouraient à chaque seconde. Même s’il fallait pour cela qu’elle souffre plus qu’aucune d’elles ne l’avait jamais fait.
Et elle avait tenu parole.


Il y a trop de gens qui t’aiment,
Et tu ne me vois pas
Je ne sortirai pas indemne
De cet amour avec toi

Il y a trop de gens qui t’aiment,
Qui tournent autour de toi,
Et tous les mots d’amour que je sème
Tu ne les entends pas…


Depuis ce jour, il n’avait jamais cessé de la harceler pour qu’elle accepte. Il n’avait jamais digéré la réponse qu’elle lui avait donnée la première fois. Ce devait être, pour lui, une véritable humiliation publique. Aucune autre fille n’avait jamais osé le remettre à sa place de cette manière. Mais il le méritait, pensa Lily.
A présent, ses pensées voguaient vers un autre souvenir, un peu plus récent celui-là. Cela s’était passé exactement un an auparavant, à quelques jours près. Ils venaient de finir les Buses, ils sortaient de la salle d’examen, elle était allée avec ses amies se rafraîchir au bord du lac. C’est alors qu’elle avait vu de loin ce qui se passait entre James, Sirius et Rogue.
Son cœur se souleva de dégoût à cette pensée. Comment quelqu’un pouvait-il se comporter de cette manière ? Elle ferma ses yeux de toutes ses forces et tenta d’effacer la vision qui s’imposait à son esprit. Et de nouveau, la question qu’elle se posait depuis si longtemps revint la hanter. Pourquoi est-ce que je l’aime ? Pourquoi, mais pourquoi ? Il ne le mérite pas.
Mais elle savait qu’elle ne pouvait rien y faire. Elle l’aimait, oui. Et elle ne le regrettait même pas. Elle poussa un long soupir et se força à revenir à la réalité.
« Les choses sont ainsi, songea-t-elle, et ce n’est pas à moi d’y chercher une raison. Il n’y en a peut-être pas. Mais c’est ainsi, et je l’accepte. Qui sait ? Un jour, peut-être… »
Elle savait qu’elle avait tort, mais elle ne pouvait s’empêcher d’espérer malgré tout. Car enfin, James ne pourrait pas rester un enfant toute sa vie. Il finirait par grandir, et alors…
Lily reporta son regard sur le groupe qui s’éloignait en direction de Pré-au-Lard. Un jour, oui, mais quand ? Jusqu’à quand devrait-elle attendre encore ?

Je me sens si loin de toi, à des moments,
Je ne voudrais pas que tu croies que je t’attends
Je me force à espérer mais je me mens
Alors je te regarde t’éloigner tout doucement…




[suite au post suivant, ça ne tenait pas en un seul ^^]

_________________

Je suis une admin casse-pieds, mais rassurez-vous, je n'ai jamais mordu personne !
N'hésitez pas à me MP Wink


Dernière édition par Marlene McKinnon le Mar 15 Juil - 23:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsdesmaraudeurs.forum-actif.net
Marlene McKinnon
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 159
Age : 29
Maison : Gryffondor
Profession/Année : Elève, 7e année
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: [TERMINE] [Songfic] Il y a trop de gens qui t'aiment   Mar 15 Juil - 23:03

Ils étaient loin désormais. Bientôt, elle ne les verrait plus. Ses amis étaient partis ensemble, Claire, Emmeline, Frank et Alice, toujours inséparables, Fabian, Marlene, et tous les autres… Et elle restait là toute seule. Elle se demanda un instant si elle n’aurait pas dû aller avec eux, finalement. Mais non. La raison pour laquelle elle avait voulu rester n’avait pas changé, et elle n’allait pas regretter sa décision. Ce fut cependant avec un pincement de cœur qu’elle détourna ses yeux de la route, désormais déserte, et qu’elle se replongea dans son livre.
Elle lut quelques pages, puis se rendit compte qu’elle ne faisait même pas attention à ce qu’elle lisait. Son esprit était ailleurs. Avec James.

Il y a trop de gens qui t’aiment,
Et tu ne me vois pas
Je ne sortirai pas indemne
De cet amour avec toi


James. James. James. Pourquoi pensait-elle autant à lui ? Et lui, pensait-il à elle ?

Il y a trop de gens qui t’aiment,
Qui tournent autour de toi
Et moi évidemment,
Je t’aime à mes dépends

Il y a trop de gens qui t’aiment,
Et tu ne me vois pas
Je ne sortirai pas indemne
De cet amour avec toi

Il y a trop de gens qui t’aiment,
Et tu ne vois même pas
Que c’est à cause de toi que je mène
Chaque jour ce drôle de combat


– Evans !
Lily sursauta et referma son livre d’un geste sec. Elle regarda autour d’elle, mais ne vit personne.
« Tu penses trop à lui, se dit-elle amèrement. Tu penses tellement à lui que tu crois entendre sa voix ! »
Elle s’apprêtait à reprendre sa lecture quand elle l’entendit de nouveau, cette fois sans doute possible.
– Evans !
Elle se leva d’un bond et fit le tour de l’arbre, cherchant désespérément d’où pouvait provenir l’appel qu’elle avait entendu. Mais elle ne vit rien. Personne, seulement la nature calme et le vent qui soufflait en faisant bruisser les branches des arbres.
« Je deviens folle, » pensa-t-elle avec angoisse.
Puis il y eut un bruit de pas, comme si quelqu’un courait derrière elle.
– Evans !
Elle se retourna juste à temps pour voir un grand jeune homme aux cheveux bruns en bataille et aux yeux noirs apparaître à quelques pas de là. Il tenait une longue cape d’invisibilité à la main.
– James ! s’exclama-t-elle, tellement surprise qu’elle en oublia de l’appeler par son nom de famille. Qu’est-ce que tu fais là ?
Il s’avança vers elle, l’air vaguement confus, et répondit de cette voix qui lui donnait parfois des frissons dans le dos :
– Je te cherchais. Je savais bien que tu n’étais pas malade.
Lily reprenait le contrôle d’elle-même. Elle appuya son dos contre le tronc de l’orme et regarda James droit dans les yeux.
– Je ne vois pas en quoi ça te concerne, répliqua-t-elle sèchement.
– Ca me concerne parce que je m’attendais à ce que tu viennes, dit-il calmement, et que quand Claire m’a dit que tu préférais rester à l’intérieur pour te reposer, j’ai voulu en avoir le cœur net. Maintenant, je sais.
– Très bien. Tu vas donc pouvoir t’en aller et me laisser tranquille. Je croyais que tu partais à Pré-au-Lard avec les autres ?
– C’est ce que j’avais l’intention de faire. Mais j’ai changé d’avis.
Il s’avança encore de quelques pas, et Lily commençait à avoir peur car elle ne l’avait jamais vu ainsi. Il n’était plus ni gamin ni insouciant. Pour la première fois, elle le voyait lui parler avec sérieux, et elle était déconcertée car elle n’en avait pas l’habitude.
– Lily, reprit-il, je sais ce que tu penses de moi.
C’était la première fois qu’il l’appelait par son prénom. Elle allait de surprise en surprise.
– Je sais que tu penses que je ne suis qu’un prétentieux imbécile qui ne pense qu’à s’amuser et avoir du bon temps aux dépens des autres. Je sais que tu me méprises et tu n’as peut-être pas tort. Tu en vaux cent comme moi, et je n’ose même pas espérer que tu veuilles de moi un jour. Seulement, il y a des choses que je veux que tu saches. Regarde-moi.
Elle leva les yeux vers lui. Il était tout près d’elle et elle pouvait voir très distinctement ses pupilles qui brillaient d’un éclat inaccoutumé. Plongeant ses yeux dans les siens, James poursuivit :
– Je me fiche éperdument des autres, de Pré-au-Lard, des Maraudeurs, du dernier week-end de l’année, des Bièraubeurres et de tout le reste. La seule raison pour laquelle j’ai voulu organiser cette sortie, c’est que j’ai pensé que tu y serais. Mais tu n’es pas venue, et je sais bien pourquoi. Tu ne veux pas me voir, tu ne veux même pas entendre parler de moi. Mais moi, Lily, j’ai besoin de toi.
Le vent soufflait sans bruit, ébouriffant encore un peu plus les cheveux de James et faisant onduler la robe de Lily, tout doucement. Elle le regardait avec incrédulité, ayant peine à accepter ce qu’elle entendait, et réussissant encore moins à admettre que ces mots étaient sincères. Il parut s’en rendre compte, car il reprit :
– Tu ne me crois pas, je le vois bien dans tes yeux. Et pourtant, c’est la vérité. Je t’aime, Lily ! Je t’aime comme je n’ai jamais aimé personne d’autre et je ne cesserai jamais de t’aimer. Non ! Ce n’est pas la peine de me répondre, ajouta-t-il en la voyant ouvrir la bouche. Je te laisserai tranquille, désormais. Je ne te demanderai plus jamais quoi que ce soit qui soit en rapport avec ce que je viens de te dire. Je ne t’en parlerai même pas. Mais je voulais que tu saches.
Puis, sans un mot de plus, il s’éloigna à reculons, d’abord lentement, puis plus vite, et pour finir il se retourna, dévala la colline, se drapa de sa cape et disparut.
Lily l’entendit crier de loin :
– A plus tard, Evans !
Et elle s’aperçut que sa voix avait repris son ton d’insouciance ordinaire.

Il y a trop de gens qui t’aiment,
Et tu ne vois même pas


Lily resta longtemps dans la même position, à regarder, muette, l’endroit où il avait disparu de sa vue. Elle ne pouvait le croire. Et c’était pourtant vrai. Elle savait que cette fois, il n’avait pas menti. Il l’aimait vraiment.

C’est à cause de toi que je mène

Au fur et à mesure que cette idée entrait en elle et qu’elle en saisissait toute l’importance, elle sentait la joie emplir son cœur.

Chaque jour…

« Je t’attendais… murmura-t-elle. Je t’attendais, mais je n’attendrai plus. »
Elle se laissa glisser le long du tronc de l’arbre jusqu’au sol, et elle sentit ses larmes inonder ses joues.

…ce drôle de combat

– Je t’aime.
Et le vent qui soufflait emporta ses mots, et alla les déposer dans un murmure au creux de l’oreille de celui à qui ils étaient adressés.


« Je t’aime. »



[edit : quelle étourdie, je ne l'avais pas mise au bon endroit... je viens de m'en rendre compte ^^"]

_________________

Je suis une admin casse-pieds, mais rassurez-vous, je n'ai jamais mordu personne !
N'hésitez pas à me MP Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tempsdesmaraudeurs.forum-actif.net
 
[TERMINE] [Songfic] Il y a trop de gens qui t'aiment
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'aime trop observer, surveiller les gens, tout savoir sur eux sans même qu'ils sachent qui je suis [En cours]
» l'homme qui n'a pas de chien...
» Les gens du voyage
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Temps des Maraudeurs :: Créations de membres :: Fanfictions :: Le temps des Maraudeurs-
Sauter vers: